Le corps humain et la santé

Louis Pasteur

Par MARIE-PIERRE GOMILA GALACHE, publié le mercredi 25 janvier 2017 23:48 - Mis à jour le lundi 28 octobre 2019 15:51

Louis Pasteur est né le 27 décembre 1822 à Dole. Le jeune Pasteur suit à Arbois les cours d'enseignement mutuel puis entre au collège de la ville. C'est à cette époque qu'il se fait connaître pour ses talents de peintre ; il a d'ailleurs fait de nombreux portraits de membres de sa famille et des habitants de la petite ville.

L'oeuvre de Louis Pasteur

Tout s'enchaîne dans l'oeuvre de Pasteur, depuis les travaux sur la cristallographie jusqu'à la découverte des virus-vaccins et à la prophylaxie de la rage. (…)

Première époque : des années 1847 À 1862 (25 à 40 ans)

Pasteur est essentiellement un physicien et un chimiste

  • 1847 : travaux sur la dissymétrie moléculaire (…) Il provoque également l'essor de la chimie de synthèse.
  • 1855/1857 : travaux sur les fermentations (…) Donc, puisque toute substance active provient de la nature vivante, la fermentation au lieu d'être une oeuvre de mort, telle que le croyait le chimiste Liebig, est une oeuvre de vie puisque seule la vie est génératrice de substances actives sur la lumière polarisée. C'est le premier chaînon qui le mènera, par une suite logique de ses études, de la dissymétrie moléculaire aux fermentations puis aux maladies contagieuses.
  • 1857/1862 : Il étudie les fermentations lactique et alcoolique (...).

Deuxième époque : des années 1862 À 1877 ( 40 à 55 ans)

De 40 à 55 ans, Pasteur devient un biologiste. Il élabore la théorie des germes et anéantit la doctrine de la génération spontanée.
A la suite de ses premières découvertes, il se demande d’où proviennent les micro-organismes, agents de la fermentation. Naissent-ils de germes semblables à eux ou apparaissent-ils spontanément dans les milieux fermentescibles ? C’était toute la question de la génération spontanée qui se posait. Pasteur, après des luttes mémorables contre ses contradicteurs (Pouchet), pouvait affirmer, par les expériences les plus variées, dans son mémoire de 1862, que :

  • les poussières de l’atmosphère renferment des germes d’organismes "inférieurs", toujours prêts à se développer et à se multiplier;
  • les liquides les plus putrescibles restent inaltérés si on a la précaution de les mettre à l’abri du contact de ces germes.
  • "La génération spontanée est une chimère" (Pasteur) = Les microorganismes ne viennent pas de rien.


Il se demande ensuite comment s’opèrent les fermentations, comment agissent les ferments.
Il découvre une nouvelle classe d’êtres vivants, capables de vivre à l’abri de l’air, en étudiant la fermentation butyrique. Il propose le terme de "anaérobie" pour le ferment qui a la propriété de vivre sans air, le terme "aérobie" étant donné au micro-organisme qui exige la présence de l’oxygène libre pour se développer.
La fermentation est la conséquence de la vie sans air.

Les travaux sur les fermentations amènent Pasteur à appliquer la méthode microbiologiste à l’industrie et à l’agriculture.

Il étudie la formation du vinaigre et la transformation de l'alcool en acide acétique par un micro-organisme, le Mycoderma aceti, qui fixe l'oxygène de l'air sur l'alcool. Il montre aux vinaigriers comment obtenir un vinaigre d'une qualité constante.

 

  • Les maladies du vin (...)
  • La bière (...)
  • Maladies des vers à soie (...)


De 55 à 65 ans, Pasteur met la microbiologie au service de la médecine et de la chirurgie.

1877 : études sur les maladies infectieuses :

  • découverte de la cause des furoncles et de l’ostéomyélite : le staphylocoque
  • découverte du microbe de l’infection puerpérale : le streptocoque
  • découverte du pneumocoque

1880 : méthode de l'atténuation de la virulence des microbes :

  • le choléra des poules (par vieillissement au contact de l'oxygène de l'air)
  • le charbon de smoutons (par la culture de la bactéridie charbonneuse à 43° atténuée par l'oxygène de l'air)

1881 : les vaccinations :

  • le choléra
  • le charbon
  • le rouget du porc


Par l'application de sa méthode :

- à l'étude des maladies infectieuses (agents microbiens)
- à leur prévention (asepsie)
- et à leur prophylaxie par immunisation (vaccination)

Pasteur a fondé l'immunologie.

  • 1880-1885 : Le protocole de vaccination contre la Rage.

Pasteur est en pleine possession de sa méthode expérimentale. Il étudie la rage. Il veut isoler le germe mais ne le trouve pas. La rage est une maladie du système nerveux. Il cultive un "micro-organisme" invisible sur une moelle de lapin et en fixe la virulence.

Il applique à l’homme la méthode d’atténuation des moelles virulentes, le 6 juillet 1885, à  Joseph Meister.

Tiré et résumé du site www.pasteur.fr       

Voir article : Louis Pasteur ( 1822 - 1895 ) et l'asepsie
DOCU-FICTION : Mise en oeuvre du protocole de vaccination contre le virus de la rage :
 
Catégories
  • Le monde microbien et l'organisme humain